Six jeunes ingénieurs partent à Notatinga pour faciliter l’irrigation de vergers

By 1 mars 2018Projets ESQICI

Projet TINGA :

Tinga signifie « Terre » en Moré, le dialecte local. Le nom du projet s’inspire du nom du village : Notatinga (La terre des poulets), une communauté de 3000 habitants située dans le département de Téma-Bokin, dans la province de Passoré au nord du Burkina Faso.

Il y a quelques mois, nos partenaires locaux, Vergers d’Afrique et l’association paysanne Buud-Nooma (qui signifie « la famille est bien » en Moré) ont contacté Ingénieurs Sans Frontières Québec (ISFQ) afin d’améliorer les conditions de vie des habitants du village par le développement de l’agriculture, principale activité socio-économique de cette région. Leur objectif est d’exploiter dix hectares de terre par la plantation et la valorisation d’un verger de manguiers et de petits jardins communautaires. L’eau étant une denrée rare et difficilement accessible dans cette région aride, notre mandat technique prend alors sens : réaliser un forage, construire un château d’eau, et permettre l’acheminement de l’eau via un système goutte-à-goutte à l’aide d’une pompe photovoltaïque. L’aspect éducatif est aussi au cœur du mandat : notre mission sera de former les habitants sur l’utilisation des installations et les sensibiliser aux bonnes pratiques de l’utilisation de l’eau pour une meilleure gestion de l’eau et une réduction des maladies.

À plus long terme, les impacts seront multiples : l’amélioration et la diversification de la production agricole entraînant l’augmentation et l’équité des revenus. L’aspect social est aussi un enjeu majeur : l’accroissement de la sécurité alimentaire permet l’amélioration des conditions de vie, et surtout l’autonomisation des femmes de la communauté pour une diminution des inégalités. L’accès à l’éducation des jeunes est aussi facilité par le développement des ressources économiques. Enfin, le volet environnemental est directement visé : cette mission s’inscrit dans le renforcement de la lutte contre la désertification par l’amélioration de la gestion des ressources d’eau, et via la promotion des énergies renouvelables.

Notre équipe se compose de six ingénieurs juniors ou en devenir, avec chacun ses forces et ses champs d’action. Cela tombe à pic, le projet demande de nombreuses compétences, il faut se les répartir !

La réalisation du projet au Burkina Faso se déroulera de juin à août. En amont, nous disposons de six mois pour récolter les fonds nécessaires et établir une relation avec les principaux intervenants sur place. Ainsi nous pouvons compter sur les membres de Vergers d’Afrique : Chantal Bernatchez et son mari Razo Ouedraogo (originaire de Notatinga), ainsi que Chantale Arseneau qui nous ont permis de rentrer en contact avec Souleymane Ouedraogo le président de Buud Nooma. Être accompagnés d’un habitant de la région nous sera d’une grande aide et facilitera notre insertion au sein de la communauté burkinabé.

Maurice Poulin, un ingénieur sénior impliqué par le passé dans de nombreux projets similaires sera notre mentor tout au long du projet. Son domaine de prédilection : les forages. Son expérience et sa capacité à visualiser les différentes problématiques du projet nous aident et nous accompagnent dans nos démarches.  Claudio Consuegra Martinez, un coopérant de la cohorte 2017 du programme ESQICI, nous apporte un support apprécié car ses connaissances et notamment son vécu dans un projet similaire sont sources de conseils précieux, aussi bien sur le plan culturel que technique.

Enfin, l’unité de l’équipe constitue la force du projet. Le soutien de notre entourage (famille, amis, collègues) est une forte source de motivation tout comme l’accompagnement par des personnes impliquées pour un même projet, comme nos partenaires locaux, les ingénieurs seniors, et les membres d’ISFQ. Le contact avec la population sur place et les différents acteurs du projet permettent d’avoir davantage confiance dans la concrétisation de ce projet !

L’équipe Tinga

Partenaires du projet Tinga :