Situation Actuelle

 

Projet de restauration majeure des bâtiments de l’École Kalkeri Sangeet Vidyalaya situé près de la ville de Dharwad, dans l’état du Karnataka en Inde et dirigé par l’organisme québécois Jeunes Musiciens du Monde. Soutenant les étudiants du primaire jusqu’à la fin de leurs études, cette école différente offre un programme académique intensif et complet, combiné à l’enseignement des arts de la scène. L’objectif est d’offrir une éducation centrée sur les intérêts, les forces et les capacités à apprendre de l’enfant. Cela permet à chaque jeune d’apprendre à son rythme et de vivre des succès qui ont un impact favorable sur leur estime personnel et leur motivation. Les enfants intègrent plusieurs compétences sociales, reçoivent un régime alimentaire nutritif ainsi que des services de santé adéquats.

Bien que l’éducation est devenue en 2010 obligatoire et gratuite pour tous les enfants âgés de 6 à 14 ans, les moyens financiers et les infrastructures manquent dans plusieurs régions. Dans l’état du Karnataka, où se situe l’école, encore 1 enfant sur 2 n’a pas de scolarisation. Les enfants habitant les milieux ruraux ont encore moins de chance d’obtenir une scolarisation, et les jeunes filles sont particulièrement touchées.

Toujours au Karnataka, plus de la moitié de la population active vie de l’agriculture et le travail des enfants, même en bas âges, s’y mélange pour soutenir au mieux les familles moins nanties. La malnutrition et la pollution de l’air sont les deux plus grands facteurs de morts prématurées ou de maladies chroniques graves en Inde.

L’équipe du projet

Jean-Emmanuel Pouliot

Maxime Boivin

Vincent Roy

Pierre-Luc Huot

Mission

 

Le projet Saraswati se concentre d’abord à la construction d’une nouvelle cuisine qui nourrit plus de 300 personnes à 3 repas par jour. La cuisine actuelle expose une structure vieillissante et une toiture percée à plusieurs endroits. Des problèmes de stockage et de gestion des activités sont engendrés par un manque d’optimisation de l’espace de travail. La cuisson des aliments se fait actuellement via la combustion du charbon exposant les femmes aux émanations toxiques lors de la préparation de chaque repas. Suite aux travaux, une nouvelle source d’énergie propre sera employée pour ainsi améliorer les conditions de travail de ces femmes et offrir un milieu de vie plus sain et sécuritaire.

À terme, le projet Saraswati pourrait s’étendre à la restauration des autres infrastructures désuètes de l’école, tels que l’infirmerie, les dortoirs et quelques salles de classes. Une augmentation des capacités énergétiques du système de captation photovoltaïque (panneaux solaires) déjà en fonction pourrait devenir envisageable.

Dossier de Partenariat – Projet Saraswati